Patrimoine et Histoire de Champfromier, par Ghislain LANCEL

L'épicéa columnaire

L'épicéa columnaire (picea columnaris) est l'une des formes naturelles de l'épicéa commun (Picea abies), d'autres étant les épicéas pleureurs, en boule, serpents, etc. Les columnaires se caractérisent par des branches courtes, denses et plaquées au tronc. L'hypothèse environnementale (résister à la lourde neige) n'expliquant pas leur absence dans les Alpes, une origine génétrique stricte est suggérée (mais se heurte cette fois à l'absence de jeunes columnaires...)

Dans la forêt de Champfromier, leur taille et leur aspect les font ressembler à des asperges résineuses. La hauteur des arbres est habituellement de 20, 30 ou 40 mètres de haut, le record étant de 43 mètres en forêt de Champfromier. Comme pour les autres épicéas, le diamètre du tronc peut varier de 30 centimètres à un peu plus d'un mètre, mais la particularité des columnaires est que leur diamètre, branches de l'arbre inclues, est de l'ordre de 3 mètres seulement !

On ne sait pas pourquoi on trouve une cinquantaine de columnaires à Champfromier, perdus au milieu des autres arbres de la forêt. Le columnaire n'est pas spécialement recherché par les luthiers ni les tavaillonneurs. Ces professionnels apprécient un bel épicéa au tronc cylindrique et sans branches, ayant poussé régulièrement, qu'il soit columnaire ou pas. Par contre on garde le plus longtemps possibles ces columnaires en forêt de Champfromier, car il sont particuliers et rares.

  
Ci-dessus, deux des épicéas columnaires de Champfromier, et un gros plan sur les branches plaquées sur le tronc

Et que diriez-vous des deux épicéas des photos ci-dessous ?

 
Deux "'mutants", l'un en bas, et l'autre en haut !

Les deux épicéas des clichés ci-dessus sont exceptionnels, car tous deux moitié ordinaire, moitié columnaire !

Mais le premier est columnaire en bas, c'est "Le mutant", unique exemplaire de la forêt de Champfromier. Le second est aussi un mutant, mais columnaire du haut, il se trouve dans la voisine Forêt du Massacre (Jura).

 

Remerciements : Serge Mermet, Garde forestier ONF. Crédits photographique : G. Lancel (24/10/08), sauf le mutant du Massacre (Site web, Krapo arboricole).

Première publication le 19 décembre 2009. Dernière mise à jour de cette page le 27 avril 2011.

 

<< Retour : Accueil Forêt