Logo PHC
Patrimoine et Histoire de Champfromier
Par Ghislain Lancel

Moulins, accueil

Aux siècles passés, un village ne pouvait que difficilement assurer la subsistance de ses habitants sans au moins un moulin. Pas de pain sans farine ! Heureusement Champfromier comporte de nombreux nants (ruisseaux) et les moulins hydrauliques furent nombreux. Les témoignages du passé ne manquent pas.

Le plus ancien témoignage connu remonte au début du XIIIe siècle, en 1230, dit-on : "le comte de Gex, traversait le col de la Faucille et, suivant la vallée de la Valserine, il arrivait à Champfromier et à Montanges, qu'il mettait à feu et à sang, détruisant, rasant, arrachant métairies, moulins, moissons, arbres à fruits, si bien que le pays fut longtemps avant de s'en relever". Ce fait est confirmé par la sentence de 1248 [La terre de Nantua, par Dr Auguste Guillermet, 1898, pages 30 et 32].

"Cette commune est arrosée, au Nord, par la Semine, et à l'Est, par la Valserine [sic], qui y font mouvoir trois moulins (...) On compte à Champ-Fromier, 2 moulins et scies sur la Valserine" [Bossi, pp. 108, 671 (publié en 1808)]. Injuste, et la Volferine alors, n'est-ce pas elle qui a toujours fait mouvoir deux moulins !

L'Etat des sections et les plans de 1833 font mention de Moulin à Evuaz, d'un bief à Moulin-Dernier et d'une écluse au Pont d'Enfer (1833). Un moulin communal actionné par la moderne télémécanique, fonctionna près du Pont d'Enfer au siècle dernier.

 

L'acquisition des moulins (de la Volferine) par les Ducret, en 1658

Incendie du moulin du Pont d'Enfer, en 1722

Mise en vente de 1862 [Prochainement]

Autres informations [Prochainement]

Moulin communal

 

 

Première publication le 22 août 2009. Dernière mise à jour de cette page, en 2013