Logo PHC
Patrimoine et Histoire de Champfromier
Par Ghislain Lancel

Accueil migrants

 

Probablement depuis des temps très reculés, des hommes de Chézery ont quitté leur paroisse pour trouver ailleurs des conditions de vie meilleures, en rapport avec leurs activités professionnelles. Les affranchis (puis bourgeois), que l'on retrouve à Saint-Claude et à Genève en témoignent (mais avec des archives justificatives ne remontant guère avant le XVIsiècle). Les déplacements vers des zones rurales (le Retord, etc.), ou des chartreuses (Arvières, Aillon) sont aussi attestés [Voir l'Abbaye de Chézery, par Ghislain Lancel, pp. 267-271].

Sans aller jusqu'à évoquer des émigrés, voyons quelques cas de familles qui se sont déplacées, migrantes.

 

Migrants de Chézery à Aillon-en-Bauges (73)

Des chézerands migrants vers Aillon-le-Vieux en Bauges (73), ou plus précisément partis trouver un bon travail auprès de la chartreuse du lieu, sont parfaitement connus aux XVIIet XVIIIsiècles. Ces migrants ne rompent pas les liens avec leur paroisse d'origine, y ayant souvent une partie de la famille restée sur place, et des biens à gérer, et même à faire prospérer. Ainsi, parfois, on note un retour au pays d'origine à l'une des générations suivantes. L'ouvrage sur l'Abbaye de Chézery met aussi en valeur plusieurs exemples de migrants ayant encore des biens à Chézery, et de membres revenant au pays (pp. 241, 270, 372).

Les généalogistes adeptes des archives en ligne sur les départements de la Savoie, la Haute-Savoie et l'Ain complètent admirablement ces informations (familles Blanc, Genolin, etc.) Certains documents témoignent de compétences et des contacts de ces nouveaux savoyards dans des domaines très variés, comme la gestion de granges, la fabrique de clous, ou la coupe d'arbres pour les mâts de galères de la France !

Marie Blanc[14888], fille de Anselme Blanc et de Françoise Mathieu, est née à Aillon en Bauges, (Savoie), le 11 octobre 1697. Ses parents et grands parents avaient émigré en Savoie vers les années 1670. Toute la famille est revenue au val de Chézery dans les années 1710, après le décès de Philibert (grand père de Marie ) le 2 janvier 1710 à Aillon le Vieux. Cette branche familiale aura donc passé une quarantaine d' années en Savoie [Claude Blanc (Geneanet)].

 

1702. Contrat de coupe d'arbres pour des mâts de galères

Retour de Philibert Blanc [En Prépa]

 

Migrants de Chézery à Lochieu, Ain (chartreuse d'Arvière)

Lochieu [En Prépa]

 

Migrants de Champfromier

Quitter le pays en 1648/49 et en 1669/70

 

Voir aussi Petites migrations.

Première publication, 26 janvier 2022.